La Parole du jour

À chaque matin, monsieur Jacques Thibault, membre associé de la région de Montréal, médite l'évangile du jour. Il nous livre le fruit de sa méditation dans une courte réflexion. N'hésitez pas à la partager avec ceux et celles qui veulent se nourrir au pain de la Parole !


 

Jn 14,01-06 Préparer ma demeure

Ne soyez donc pas bouleversés : vous croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : Je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi ; et là où je suis, vous y serez aussi. Pour aller où je m'en vais, vous savez le chemin. » Thomas lui dit : « Seigneur, nous ne savons même pas où tu vas ; comment pourrions-nous savoir le chemin ? » Jésus lui répond : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi.

Résultats de recherche d'images pour « chemin vérité et vie »

Jésus me redit aujourd’hui qu’Il est le chemin pour aller vers Dieu, pour connaitre vraiment Sa volonté, pour posséder pleinement la vie. Et la vie qu’Il me donne, ce n’est pas une vie banale, routinière et sans valeur; c’est plutôt une vie où je trouverai la plénitude de mon être, où je ferai totalement ce pourquoi je suis fait. Je n’ai pas à être bouleversé par les choix qui s’offrent à moi car j’ai la certitude qu’il me prépare une place. Cette demeure qu’Il prépare pour moi, Il commence par la préparer en moi chaque jour de ma vie, à chaque fois que je dit Oui à sa grâce. Oui, Il bâtit Sa demeure en moi, je Le rencontre là en moi, j’apprends à Le connaître, à l’aimer, et je m’habitue déjà à vivre dans La Demeure qu’Il prépare pour moi auprès du Père. Seigneur, je veux contribuer à bâtir un monde meilleur et je comprends bien que ça doit commencer par la construction de ma demeure intérieure… Comble moi de Ton amour pour que j’y arrive.

 

Je fais mon coming-out !

Je m’excuse à l’avance si ce texte va vous offenser. Sachez que c’est mon choix personnel et ça ne dit en rien que je juge ceux qui n’ont pas fait le même choix que moi… Il y a des moments dans la vie où on sent qu’on doit aussi affirmer qui on est dans notre for intérieur et c’est aujourd’hui que j’ose le faire de façon plus officielle…

Bien que l’expression ‘faire son coming-out’ soit très souvent associée à témoigner de son orientation sexuelle, ce n’est pas le cas pour moi aujourd’hui… J J’ai choisi de l’utiliser pour attirer l’attention, témoigner de ce qui m’habite au plus profond de mon être, ce qui dirige toute ma vie, et lui donne tout son sens : ma foi en Jésus-Christ ! Oui, je crois que Jésus nous invite encore aujourd’hui à Le suivre et être Amour comme Il nous l’a si bien enseigné lors sa vie publique. Aujourd’hui encore, nous sommes entourés de gens qui ne pensent pas au bien commun, qui ne pensent qu’à leurs plaisirs bien personnels et sans lendemains. Toute mon espérance est donc là, en Jésus, qu’un monde meilleur est possible et dépend de chacun de nous. Oui, main dans la main avec Dieu, j’écoute ses inspirations, ce qu’Il met dans mon cœur, et j’essaie d’être attentif aux appels répétés qu’Il me fait par les événements quotidiens et les gens que je côtoie.

En ce jour de Pâques, jour le plus important de notre foi chrétienne, je Lui demande de tous vous bénir, et je vous demande d’ouvrir un peu plus la porte de votre cœur, de Lui laisser la chance de vous parler, vous toucher, vous transformer par son amour. Peu de gens seraient prêts à donner leur vie par amour pour toi et moi… Lui l’a fait…       Jacques Thibault

Lc 10,25-37 Aider son prochain ?...

Pour mettre Jésus à l'épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu'y a-t-il d'écrit ? Que lis-tu ? » L'autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie. » Mais lui, voulant montrer qu'il était un homme juste, dit à Jésus : « Et qui donc est mon prochain ? » Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l'avoir dépouillé, roué de coups, s'en allèrent en le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l'autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l'autre côté. Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié. Il s'approcha, pansa ses plaies en y versant de l'huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d'argent, et les donna à l'aubergiste, en lui disant : 'Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.' Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l'homme qui était tombé entre les mains des bandits ? » Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi fais de même.

---

Vous avez probablement déjà vu cette expérience filmée à l’insu des gens, où un homme à l’apparence négligée simulait un malaise et s’effondrait au sol en demandant de l’aide. Les gens passent et l’ignorent complètement et ça prend un temps fou pour qu’une personne s’en soucie et en prenne soin. La même expérience fut répétée avec un homme bien mis, mais le résultat fut très différent quoique les gens mettaient quand même un certain temps à réagir. Nous pourrions croire que c’est parce qu’il arrive trop de dangers de nos jours, que les gens sont rendus individualistes, etc… mais le problème n’est pas nouveau. L’humain a peur des différences, il classifie, évalue les risques, laisse sa tête prendre le dessus sur son coeur… Il ne s’agit pas d’être imprudent mais posons nous quand même honnêtement la question: comment je réagis dans ce genre de situation ? Comme dans cette parabole du Bon Samaritain, demandons nous ‘’qui est mon prochain ?’’...  Je demeurerai toujours convaincu que Dieu se cache dans les personnes en besoin et qu’Il nous invite à Le rencontrer… Raterons nous cette occasion de laisser transformer notre coeur ? La prochaine fois que nous serons confrontés à sa rencontre, auquel des personnages de cette parabole allons nous correspondre ? le prêtre, le lévite, le samaritain, l’aubergiste ? Que le Seigneur ouvre nos yeux pour qu’on Le reconnaisse et agisse en vrai témoin de Son amour...

 

Lc 17,07-10 Servir gratuitement

Le bénévolat, l’engagement dans une cause quelle qu’elle soit, devrait toujours être un don gratuit… idéalement. Être fier de faire notre soucis d’un monde meilleur, c’est le plus important. Bien sûr, c’est humain de vouloir quelques gratifications, mais là où c’est malsain, c’est lorsqu’on cherche à être reconnu, qu’on s’enorgueillit, qu’on tourne les projecteurs sur soi plutôt que sur l’oeuvre que nous servons. Ce genre d’attitude ne donne plus un témoignage d’amour et d’engagement au service des autres, mais bien de soi, de son gros égo… Dans cet évangile, Jésus nous montre ce qu’est l’engagement parfait, notre ‘devoir’ de travailler pour le bien des autres. A plusieurs reprises Jésus a dû remettre les pendules à l’heure avec ses apôtres: certains discutaient pour savoir lequel d’entre eux était le plus grand, certains ont même eu un ‘power trip’ de vouloir faire tomber le tonnerre sur les villes qui n’accueillaient pas le message de Jésus ! Ça a pris du temps pour que ses disciples comprennent vraiment le sens profond de l’engagement au service de Dieu et de son prochain. Il faut se donner le temps, s’imprégner de l’Esprit de Dieu et être à l’affut des tentations de nourrir notre gros égo. Nous sommes tous appelés à faire notre ‘devoir’, notre part pour faire régner l’amour sur terre. Demandons au Seigneur la grâce qu’Il nous guide dans cette belle aventure !

Lc 17,07-10 Servir gratuitement

« Lequel d'entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs : 'Viens vite à table' ? Ne lui dira-t-il pas plutôt : 'Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour.' Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d'avoir exécuté ses ordres ? De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous : 'Nous sommes des serviteurs quelconques : nous n'avons fait que notre devoir.' »

Lc 07,11-17 Quand une nouvelle vie s’amorce

Jésus se rendait dans une ville appelée Naïm. Ses disciples faisaient route avec lui, ainsi qu'une grande foule. Il arriva près de la porte de la ville au moment où l'on transportait un mort pour l'enterrer ; c'était un fils unique, et sa mère était veuve. Une foule considérable accompagnait cette femme. En la voyant, le Seigneur fut saisi de pitié pour elle, et lui dit : « Ne pleure pas. »  Il s'avança et toucha la civière ; les porteurs s'arrêtèrent, et Jésus dit : « Jeune homme, je te l'ordonne, lève-toi. »  Alors le mort se redressa, s'assit et se mit à parler. Et Jésus le rendit à sa mère. La crainte s'empara de tous, et ils rendaient gloire à Dieu : « Un grand prophète s'est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple. »  Et cette parole se répandit dans toute la Judée et dans les pays voisins.

---

La Parole d’aujourd’hui m’invite et me pousse à témoigner de mon vécu… Ceux qui me connaissent savent combien j’aime la vie et les gens. Toutefois, la passion qui m’habite et mon manque d’équilibre me jouent de vilains tours: je m’éparpille dans plein de projets, de rêves d’un monde meilleur et je ne respecte pas toujours mes limites. Ces limites, j’ai réalisé que je ne les ai jamais accepté… Je voulais bien faire, je m’imposais un stress insoutenable et agissais comme un sauveur…  Il m’a fallu 9 mois d’arrêt de travail pour le comprendre… comme une grossesse pour accoucher d’une nouvelle vie ! Je recommence doucement le travail, avec de nouvelles orientations qui, je l’espère, seront davantage en accord avec ces limites. Mais la clé sera de mettre davantage d’équilibre dans ma vie et surtout de rester en présence de Dieu.

En lisant l’Évangile d’aujourd’hui, on peut facilement imaginer que ce fils unique avait pris sur lui toute la responsabilité du bien-être de sa mère et de son entourage. C’est devenu probablement trop lourd pour lui et il s’est perdu. Il avait beau être entouré d’une foule, mais Jésus seul pouvait le relever. Remarquez que la première chose que le jeune homme fait est de parler… il a besoin de rencontrer Dieu et de se dire… Oui, il doit être à l’écoute des autres et les aimer, mais il doit aussi s’aimer lui-même, prendre soin de lui. Et comme dans cette image, Dieu seul peut nous donner cet équilibre. C’est ce que l’Évangile me révèle aujourd’hui...

Que le Seigneur pose sa mais sur chacun de nous, refasse nos forces et nous donne le discernement si nécessaire pour prendre soin de notre prochain,... et de nous-mêmes.

Résultats de recherche d'images pour « équilibre de vie »

Lc 12,39-48 Marche/Arrêt...

Si vous avez un ordinateur, vous avez certainement déjà vu cette option permettant de mettre en veille, arrêter ou redémarrer votre ordinateur. On décide parfois de le mettre en veille parce qu’on reporte à plus tard certaines tâches et ‘on la met en veilleuse’. On l’arrête lorsqu’on sait qu’on n’y reviendra pas prochainement. On la redémarre dans les cas où on a à ‘repartir à neuf’, comme après des changements majeurs. Il me venait récemment à l’idée d’en faire un parallèle avec notre vie…
Quelles sont mes croyances (ou espérances) face à la mort ?
Est-ce que je suis trop accaparé par les soucis quotidiens et met en veille cette grande question ? Je ne m’arrête pas vraiment pour y réfléchir, je me dis que j’ai encore le temps d’y songer, ou ça m’effraie...
Est-ce que mon idée est déjà toute faite et je ne crois pas en Dieu ? Je viens au monde, je vis, je meurs, et puis plus rien...
Est-ce que je crois dans la promesse de Jésus-Christ et ressusciterai pour une vie éternelle...
Dans l’évangile de Luc 12, 39-48, Jésus nous fait réfléchir sur ce point an racontant cette belle parabole de l’intendant et de son maître qui revient à l’improviste. Nous ne pouvons remettre à plus tard un point si important ! De ce choix dépendra l’épanouissement de nos vies (actuelle et éternelle) ainsi que, il ne faut pas l’oublier, la vie de tout ceux qui nous entourent. En effet, si nous croyons à ce Dieu d’amour, nous croyons aussi que nous sommes tous et chacun, des intendants (dans le sens de responsable) de ceux qu’Il met sur notre route. Nous sommes donc responsable de plusieurs vies en plus de la nôtre… Alors ? Quelle option choisirez-vous ? Mettre en veille, Arrêter, ou Redémarrer ?

===

Lc 12,39-48
Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l'heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison. Vous aussi, tenez-vous prêts : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. » Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s'adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? » Le Seigneur répond : « Quel est donc l'intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ? Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail. Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens. Mais si le même serviteur se dit : 'Mon maître tarde à venir', et s'il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s'enivrer, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles. Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups. Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n'en recevra qu'un petit nombre. A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage.

Lc 06, 27-38 La bonne mesure

Je vous le dis, à vous qui m'écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. A celui qui te frappe sur une joue, présente l'autre. A celui qui te prend ton manteau, laisse prendre aussi ta tunique. Donne à quiconque te demande, et ne réclame pas à celui qui te vole. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs en font autant. Si vous prêtez quand vous êtes sûrs qu'on vous rendra, quelle reconnaissance pouvez-vous attendre ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu'on leur rende l'équivalent. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Dieu très-haut, car il est bon, lui, pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous. »
---
Ouf ! Tout un programme de vie ! Jésus vient tirer une ligne avec la mentalité de l’Ancien Testament « œil pour œil, dent pour dent ». Il nous appelle aujourd’hui à briser la chaîne de la rancune et à opter plutôt pour la bonté en toutes situations. Il nous en a donné tout un exemple en aidant et guérissant ceux qui ne pouvaient lui rendre la pareille, en pardonnant à ses bourreaux, en mourant pour nous sur la croix...
Facile de demander aux autres de ne pas me juger ni me condamner, et de me pardonner... moins facile de le faire moi-même ! Je remarque que j'ai plus de facilité à voir les torts des autres, que les miens. Je pense souvent aussi que je suis le seul à faire des efforts pour m'améliorer. Erreur !!! Si j'éprouve de la difficulté à me débarrasser de mes défauts, il y a de fortes chances que ce soit difficile aussi pour les autres... mais je ne peux voir aussi facilement les efforts qu'ils font; je ne lis pas dans leur cœur... Je me dois donc d'être aussi indulgent avec eux qu'avec moi-même ! Et c'est ça la mesure avec laquelle Dieu va me donner. Si je réussis à vivre ce que Jésus m'enseigne ici, mon agir avec les autres risque aussi d'interpeller, de créer une ouverture, de provoquer des changements. Tendre l’autre joue, ce n’est pas être masochiste ou provocateur; c’est faire confiance encore…
Qu'est-ce que je décide de faire, aujourd'hui, avec une personne proche de moi, avec qui ma relation est difficile ? Est-ce que je suis capable de m'intérioriser pour identifier mes jugements et rancunes ? Seigneur, ouvre mes yeux pour que je me vois honnêtement, et que je me sache aimé de Toi quand même... pour être capable d'aimer aussi les autres inconditionnellement.

Acerca de ...

Una familia espiritual católico reconocido con una misión enraizada firmemente en las necesidades del mundo de hoy y la nueva evangelización. 

Síganos:

    

Contactos

Para obtener más información, póngase en contacto con nosotros:
  Esta dirección de correo electrónico está siendo protegida contra los robots de spam. Necesita tener JavaScript habilitado para poder verlo.
  1+418-626-5882
  1+418-626-5882
  C.P. 87731 Succ. Charlesbourg Québec (QC) Canada G1G 5W6