La Parole du jour

À chaque matin, monsieur Jacques Thibault, membre associé de la région de Montréal, médite l'évangile du jour. Il nous livre le fruit de sa méditation dans une courte réflexion. N'hésitez pas à la partager avec ceux et celles qui veulent se nourrir au pain de la Parole !


 

L'humilité pure

Mt 06,01-06 L’humilité pure

« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

C’est un trésor de plus en plus rare que ces personnes parfaitement humbles ! A l’époque où chaque bon coup est valorisé sur Facebook, lors d’hommages publics, etc., rares sont les personnes qui font le bien gratuitement, dans l’ombre, sans attente de reconnaissance… On souligne parfois ces gens et je trouve que c’est alors un témoignage d’amour et de don gratuit véritable et beaucoup plus invitant. Ça nous tire vers le haut et appelle à prendre conscience de notre orgueil souvent bien subtil… Oui vraiment, on devrait tous faire cet exercice (ce défi) de donner ou rendre service dans le pur anonymat. Nous en retirerons en secret une grande fierté, un bien-être que seul Dieu peut nous faire ressentir… Que le Seigneur nous inspire ces gestes gratuits afin que nous prenions part, avec Lui, à l’avancement d’un monde meilleur.

L'humilité pure

Mt 06,01-06 L’humilité pure

« Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

C’est un trésor de plus en plus rare que ces personnes parfaitement humbles ! A l’époque où chaque bon coup est valorisé sur Facebook, lors d’hommages publics, etc., rares sont les personnes qui font le bien gratuitement, dans l’ombre, sans attente de reconnaissance… On souligne parfois ces gens et je trouve que c’est alors un témoignage d’amour et de don gratuit véritable et beaucoup plus invitant. Ça nous tire vers le haut et appelle à prendre conscience de notre orgueil souvent bien subtil… Oui vraiment, on devrait tous faire cet exercice (ce défi) de donner ou rendre service dans le pur anonymat. Nous en retirerons en secret une grande fierté, un bien-être que seul Dieu peut nous faire ressentir… Que le Seigneur nous inspire ces gestes gratuits afin que nous prenions part, avec Lui, à l’avancement d’un monde meilleur.

Ah les promesses !

Mt 05,33-37 Ah les promesses !

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne manqueras pas à tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Ville du grand Roi. Et ne jure pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais.

On fait tous des promesses à moment donné. Pourquoi ? Parce qu’on veut s’engager, parce qu’on nous le demande, parce qu’on veut se donner une crédibilité, etc… Et quand la promesse faite n’est pas tenue, on se trouve des excuses, on rejette le blâme sur un autre, on nie avoir promis… les politiciens sont passés maîtres dans cet art ! Ce n’est pas le fait de faire des promesses qui est le problème, c’est plutôt notre faiblesse humaine et notre orgueil. Le Seigneur le sait bien, et c’est pourquoi a fait un enseignement sur ce point. “Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais.”  Soyons donc attentifs à ce qu’on est tenté de promettre. Le Seigneur nous invite à s’analyser et mettre le doigt sur le motif profond de notre promesse. Peut-être nous fera-t-il voir un petit coin d'orgueil à purifier en nous… C’est une invitation à devenir plus humble et accepter nos faiblesses, et constater que nous n’avons pas le plein contrôle de nos vies.

Aimer ses ennemis ? Ouf !

Aimer ses ennemis ? Ouf !
Nous avons de la difficulté à nous aimer soi-même et aimer inconditionnellement nos plus proches; imaginez un peu… aimer ses ennemis !!! A propos du début de l’évangile où Jésus interpelle à le faire, j'ai lu un jour qu’Il citait fort probablement un dicton populaire, car la Bible ne propose jamais de haïr ses ennemis. Il semble que dans ce temps-là, comme aujourd'hui, on s'inventait de belles phrases pour justifier nos actions tordues... Quoiqu'il en soit, c’est parfois difficile d’accepter nos êtres chers tels qu’ils sont, encore plus ceux qui nous font du mal ! Humainement, c’est très difficile, voire impossible, d’aimer parfaitement et inconditionnellement tout le monde. Ce n’est possible que par grâce, avec l’aide de Dieu. Mais si Jésus nous appelle à ce dépassement, c’est que c’est faisable ! La phrase « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent » m’interpelle drôlement ce matin. Je crois que nos ennemis, ce ne sont pas simplement des gens qui veulent notre mort; ce sont ceux qui ne nous aiment pas, qui nous ont pris en aversion, qui ont une mauvaise perception de nous, qui nous pointent du doigt. Parfois, il ne suffit que d’un malentendu, d’une maladresse de notre part, pour créer tout un malaise et briser une relation. Il y a des situations où il semble qu’il n’y a rien à faire, à part le temps, pour arranger les choses. Pourtant, Jésus nous donne le moyen de le faire… les aimer malgré la situation et prier pour eux. Quel témoignage d’amour ! Imaginez un peu ce qui peut se passer dans la tête d’une personne qui vous a en grippe, lorsque vous parvenez à être quand même gentil, serviable et agréable avec elle… Il me semble que les mauvaises perceptions finissent inévitablement par fondre comme cire au soleil, pour faire place au rapprochement. La personne n’a plus d’autre choix que de réaliser que nous ne sommes pas tels qu’elle nous avait perçue et que sa blessure n’était pas voulue non plus. 
Pour terminer ce texte, Jésus nous invite à être parfait; mais le mot 'parfait' origine du mot grec 'télios' qui veut dire complet, ou achevé. J'en comprend que Jésus nous révèle que c'est par l'amour inconditionnel que nous trouverons notre plein épanouissement, réaliserons parfaitement la volonté de Dieu sur nous, et trouverons le Royaume.
Seigneur, donne moi ta grâce ! Je veux arriver à aimer parfaitement, mais je suis tellement limité… Regarde mon désir, pardonne mes manquements et remplis moi de Ton amour.
Photo de Partage d'Évangile.
Mt 05,43-48 Aimer ses ennemis
Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

 

Viser la perfection de l’amour…

Mt 05,27-32

Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son coeur. Si ton oeil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s'en aille pas dans la géhenne. Il a été dit encore : Si quelqu'un renvoie sa femme, qu'il lui donne un acte de répudiation. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d'union illégitime, la pousse à l'adultère ; et si quelqu'un épouse une femme renvoyée, il est adultère.

---

Chaque fois que je lis cet Évangile, je sursaute un peu car ça semble très drastique. Pendant un bout de temps, je me suis dit qu’il fallait l’interpréter dans le sens qu’il fallait fuir les occasions de tentation. Aujourd’hui, j’y vois un autre sens plus profond, dans la continuité de l’appel à vivre les béatitudes. Je crois qu’à l’époque de Jésus (comme aujourd’hui d’ailleurs), les gens ne prenaient pas assez à coeur leur engagement matrimonial, et Il voulait les interpeller à le vivre avec profondeur. Il vient nous dire qu’il faut aller beaucoup plus loin que l’interdiction de l’adultère. Il nous appelle à vivre intensément cette union, à prendre les moyens nécessaires pour avoir « une maison bâtie sur le roc », à consacrer sa personne entière à l’être aimé. Il vient nous faire prendre conscience de la grandeur de cet engagement et à ne pas s’en laver les mains de façon irresponsable car les conséquences sont plus grandes qu’on serait porté à le croire. Le couple est une fenêtre sur Dieu, autant pour le monde qui le côtoie que pour les enfants qui sont nés de cet amour. D’ailleurs, on s’unit devant Dieu et Il fait partie de cette union; en brisant cette union, on brise en quelque sorte l’alliance qu’on avait faite avec Lui. Je crois que c’est pour cette raison que Jésus condamne tant ce geste.  Difficile à avaler ? Je le conçois, mais l’amour de couple et l’alliance à Dieu ne doivent pas subir l’influence des époques et des mœurs. On voit tellement de couples brisés et de familles éclatées qu’on en arrive à banaliser l'union et la rupture. Nous n’avons pas à juger ces couples car ce sont souvent des souffrances qui les ont conduits à cette solution, mais nous avons certainement à devenir des témoins ardents de l’amour de couple, de l’amour de Dieu pour son peuple, et de la grâce de Dieu qui nous permet de vivre dans la fidélité, l’amour inconditionnel et la joie.

Plus loin que la riposte

Mt 05,38-42 Plus loin que la riposte

Vous avez appris qu'il a été dit : Oeil pour oeil, dent pour dent. Eh bien moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu'un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l'autre. Et si quelqu'un veut te faire un procès et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau. Et si quelqu'un te réquisitionne pour faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. Donne à qui te demande ; ne te détourne pas de celui qui veut t'emprunter.

Dans ma nature, et c’est certainement en conséquence de mon vécu étant jeune, j’ai toujours peur qu’on abuse de moi. J’étais très petit, avec des lunettes, un petit ‘nerd’, toutes des bonnes raisons pour me faire intimider, et j’y ai goûté… Mais un jour, j’ai décidé que c’était assez et j’ai dû me battre quelques fois pour me faire respecter. C’était probablement la chose à faire un certains temps mais ce texte de l’Évangile m’a fait réfléchir.

Vous avez probablement déjà entendu la Loi juive disant : Œil pour œil et dent pour dent. Même si cela ressemblait à de la rancune, cette loi était déjà meilleure que la coutume païenne, qui autorisait à rendre 100 fois un coup reçu. La loi juive était de la justice stricte. Mais cela ne suffit plus pour les chrétiens; Jésus vient nous inviter ici à aller plus loin. En effet, Jésus nous propose ici un dépassement et un appel à la sainteté. La sainteté, ce n’est pas être parfait. Ce n’est pas non plus faire des miracles ni faire des choses éclatantes… c’est essayer de vivre la volonté de Dieu en tout temps. La sainteté, en plus d’être accessible à tous, est le devoir de tout chrétien.

Ce que Jésus propose dans ses exemples n’est pas facile à vivre mais j’aime m’imaginer ce qui se passerait si j’agissais ainsi : J’imagine la réaction du type qui m’a frappé sur la joue lorsque je lui tend l’autre ou que je ne riposte pas… si je le fais avec paix, avec un regard aimant, il me semble qu’il ne pourra faire autrement que de réaliser qu’il a perdu le contrôle, que j’ai probablement touché sans le vouloir une de ses cordes sensibles et que je ne méritais pas d’en subir les contrecoups. Devant tant de douceur, il me semble qu’on est désarmé, qu’on touche sa misère, sa souffrance, sa vulnérabilité; ce doit être même source de guérison et d’introspection. Avec une telle réaction, il me semble qu’il devrait sentir que je me rends disponible à faire deux mille pas avec lui, que je suis prêt à l’accueillir dans sa souffrance, à l’écouter et l’accompagner dans ce qu’il vit. Ça c’est vivre en état de sainteté, car c’est ce que Dieu attend de chacun de nous. C’est ce que Jésus est venu nous montrer par sa vie humaine; Il a lui-même vécu ce qu’il a prêché pour nous montrer que c’était possible.

Seigneur, merci de m’interpeller chaque jour par Ta Parole, par Ton témoignage de vie. Donne moi la grâce de voir plus loin que les apparences, de voir avec les yeux du coeur, et de répondre généreusement à Ton appel au dépassement… jusqu’à la sainteté.

La loi devient Amour

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

Lorsqu’on éduque un jeune enfant, on impose certaines interdictions pour éviter brûlure, blessure ou dégât. Lorsqu’ils vieillissent et peuvent davantage comprendre, on leur explique et leur fait bénéficier de nos expériences. La Loi de l'Ancien testament et les lois en général sont surtout des interdits. Ils sont là pour me protéger du danger et pour m'aider à respecter les autres. Respecter ça, c'est très bien, mais Jésus vient me montrer qu'il faut aussi accomplir le bien par l'amour. C'est un peu comme lorsqu’on entend: "je ne fais de mal à personne",... c'est bien beau, mais est-ce qu'on fait aussi le bien ? Jésus va plus loin en nous faisant passer de la Loi aux béatitudes, et Il invite aussi à enseigner aux autres à agir ainsi... Je dois le faire non pas par peur du jugement, mais par amour.  Jésus vient aussi me rappeler combien les promesses de Dieu et sa Loi d’amour sont immuables. C’est loin d’être comparable aux promesses des hommes. Oui, je peux me fier sur Dieu, sur son amour infini pour moi et sa volonté de m’apporter le bonheur. Ses commandements sont amour et liberté. Seigneur, donne-moi donc la grâce de demeurer fidèle à tes commandements et à les faire connaître et aimer au plus grand nombre possible.

À propos...

Une Famille spirituelle catholique reconnue avec une mission ancrée solidement dans les besoins du monde d'aujourd'hui et la nouvelle évangélisation.

Suivez-nous:

    

Contacts

Pour information, communiquez avec nous :
  Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  1+418-626-5882
  1+418-624-2277
  C.P. 87731 Succ. Charlesbourg Québec (QC) Canada G1G 5W6