La Parole du jour

À chaque matin, monsieur Jacques Thibault, membre associé de la région de Montréal, médite l'évangile du jour. Il nous livre le fruit de sa méditation dans une courte réflexion. N'hésitez pas à la partager avec ceux et celles qui veulent se nourrir au pain de la Parole !


 

Mt 05, 43-48 Aimer ses ennemis

Vous avez appris qu'il a été dit : Tu aimeras ton prochain et tu haïras ton ennemi. Eh bien moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense aurez-vous ? Les publicains eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d'extraordinaire ? Les païens eux-mêmes n'en font-ils pas autant ? Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

---

A propos du début de cet évangile, j'ai lu un jour que Jésus citait fort probablement un dicton populaire, car la Bible ne propose jamais de haïr ses ennemis. Il semble que dans ce temps-là, comme aujourd'hui, on s'inventait de belles phrases pour justifier nos actions tordues... Quoiqu'il en soit, c’est parfois difficile d’accepter nos êtres chers tels qu’ils sont, encore plus ceux qui nous font du mal ! Humainement, c’est très difficile, voire impossible, d’aimer parfaitement et inconditionnellement tout le monde. Ce n’est possible que par grâce, avec l’aide de Dieu. Mais si Jésus nous appelle à ce dépassement, c’est que c’est faisable ! La phrase « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent » m’interpelle drôlement ce matin. Je crois que nos ennemis, ce ne sont pas simplement des gens qui veulent notre mort; ce sont ceux qui ne nous aiment pas, qui nous ont pris en aversion, qui ont une mauvaise perception de nous, qui nous pointent du doigt. Parfois, il ne suffit que d’un malentendu, d’une maladresse de notre part, pour créer tout un malaise et briser une relation. Il y a des situations où il semble qu’il n’y a rien à faire, à part le temps, pour arranger les choses. Pourtant, Jésus nous donne le moyen de le faire… les aimer malgré la situation et prier pour eux.  Quel témoignage d’amour ! Imaginez un peu ce qui peut se passer dans la tête d’une personne qui vous a en grippe, lorsque vous parvenez à être quand même gentil, serviable et agréable avec elle… Il me semble que les mauvaises perceptions finissent inévitablement par fondre comme cire au soleil, pour faire place au rapprochement. La personne n’a plus d’autre choix que de réaliser que nous ne sommes pas tels qu’elle nous avait perçue et que sa blessure n’était pas voulue non plus.

Pour terminer ce texte, Jésus nous invite à être parfait; mais le mot 'parfait' origine du mot grec 'télios' qui veut dire complet, ou achevé. J'en comprend que Jésus nous révèle que c'est par l'amour inconditionnel que nous trouverons notre plein épanouissement, réaliserons parfaitement la volonté de Dieu sur nous, et trouverons le Royaume.

Seigneur, donne moi ta grâce ! Je veux arriver à aimer parfaitement, mais je suis tellement limité… Regarde mon désir, pardonne mes manquements et remplis moi de Ton amour.

Mt 10, 07-15 La confiance mutuelle

Sur votre route, proclamez que le Royaume des cieux est tout proche. Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement : donnez gratuitement. Ne vous procurez ni or ni argent, ni petite monnaie pour en garder sur vous ; ni sac pour la route, ni tunique de rechange, ni sandales, ni bâton. Car le travailleur mérite sa nourriture. Dans chaque ville ou village où vous entrerez, informez-vous pour savoir qui est digne de vous accueillir, et restez chez lui jusqu'à votre départ. En entrant dans la maison, saluez ceux qui l'habitent. Si cette maison en est digne, que votre paix vienne sur elle. Si elle n'en est pas digne, que votre paix retourne vers vous.

---

Jésus nous invite ici à faire de grands, de très grands pas… D’abord des actes de foi pour manifester Sa présence par toutes sortes de charismes, et aussi une confiance en Sa providence pour nos besoins de subsistance. C’est certain que nous devons mettre en contexte le temps où ceci a été proclamé; c’était la naissance de la nouvelle Église, l’annonce du Salut tant attendu. Toutefois, je crois que si le message d’amour de Jésus s’est rendu jusqu’à nous, il a fallu que beaucoup de disciples prennent la suite et vivent ces enseignements. Au fil des siècles, la façon de le faire et de le vivre s’est adaptée aux nouvelles réalités du monde ainsi qu’aux différentes cultures où l’annonce est faite. Nous avons aujourd’hui un défi tout aussi grand. Les médias de communication disponibles peuvent être des outils formidables pour nous assister dans notre mission, et ils peuvent aussi être des armes contre nous. Nous devons plus que jamais invoquer l’Esprit saint pour qu’Il nous inspire les moyens adaptés pour rejoindre notre monde et lui présenter ce dieu d’amour qui peut encore renouveler la face de la terre…. Mais la communication n’est pas tout; soyons d’abord envahi et transformé par Sa présence en nous, afin que nous puissions à notre tour donner gratuitement ce que nous avons reçu gratuitement.

Jn 15, 01-08 Demeurer sur la vigne

Moi, je suis la vraie vigne, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui est en moi, mais  qui ne porte pas de fruit, mon Père l'enlève ; tout sarment qui donne du fruit, il le nettoie,  pour qu'il en donne davantage. Mais vous, déjà vous voici nets et purifiés grâce à la parole que je vous ai dite : Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter du fruit par lui-même s'il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi. Moi, je suis la vigne, et vous, les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là donne beaucoup de fruit, car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire. Si quelqu'un ne demeure pas en moi, il est comme un sarment qu'on a jeté dehors, et qui se dessèche. Les sarments secs, on les ramasse, on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et vous l'obtiendrez. Ce qui fait la gloire de mon Père, c'est que vous donniez beaucoup de fruit : ainsi, vous serez pour moi des disciples.

---

Cette image de la vigne me parle beaucoup. Il n’est pas question ici d’une recette pour le bonheur mais bien d’un enseignement au chrétien qui veut vivre comme il se doit. C’est bien beau d’avoir reçu la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, mais si ça ne change rien dans ma vie ensuite… Jésus est très clair lorsqu’Il dit : « Ce qui fait la gloire de mon Père, c'est que vous donniez beaucoup de fruit : ainsi, vous serez pour moi des disciples ».  Je suis certain que la joie du Père est grande lorsque quelqu’un accepte Jésus dans sa vie. Toutefois, je ne dois pas oublier qu’Il n’est pas venu donner sa vie pour moi simplement pour que je Le connaisse… Il est venu me montrer comment vivre ! Jésus par toute sa vie, me montre comment vivre et rester sur la vigne. Je réalise que, comme sarment, je me coupe de la vigne lorsque, par exemple :  je me contente de ne faire de mal à personne au lieu de faire aussi le bien, je me tais et reste inactif devant une injustice, je reste indifférent devant la souffrance d’une personne, quelqu’un fait un pas pour apporter la réconciliation et que je ne l’accueille pas et reste dans ma rancune, je juge quelqu’un au lieu de voir la souffrance qui explique son geste, je ne partage pas avec les moins bien nantis, je donne plus d’importance aux choses qu’aux personnes. Aussi, ça arrive dans  ma relation avec Jésus lorsque je ne prends pas le temps de Le rencontrer dans la prière, ou que je n’accueille pas ses inspirations. Demeurer véritablement en Lui, ça se vit donc selon 2 dimensions: par l'action et par la prière.

Est-ce que je peux choisir, chaque jour, d’être davantage grappe de raisin que sarment sec ?

Seigneur, pardonne mes indifférences à ta volonté d’amour sur moi, fais-moi prendre conscience lorsque je ne demeure pas sur la vigne et guide-moi dans mes paroles et gestes pour que je porte le fruit attendu.

---

Commentaire de la Bienheureuse Teresa de Calcutta (1910-1997), fondatrice des Soeurs Missionnaires de la Charité. Something Beautiful for God (trad. La Joie du don, p. 70)

« Demeurez en moi, comme moi en vous »

      Il n'est pas possible de s'engager dans l'apostolat direct si l'on n'est pas une âme de prière. Soyons conscients d'être un avec le Christ, comme il était conscient d'être un avec son Père ; notre activité n'est véritablement apostolique que dans la mesure où nous le laissons travailler en nous et à travers nous avec sa puissance, son désir et son amour. Nous devons parvenir à la sainteté, non pas pour nous sentir en état de sainteté, mais pour que le Christ puisse pleinement vivre en nous. Le don total de nous-mêmes à l'amour, à la foi, à la pureté, est lié au service des pauvres. C'est quand nous aurons appris à chercher Dieu et sa volonté que nos rapports avec les pauvres deviendront un chemin de sanctification pour nous et pour autrui.
      Aimez prier : au cours de la journée éprouvez souvent le besoin de prier et prenez la peine de prier. La prière dilate le coeur jusqu'à la capacité de ce don que Dieu nous fait de soi-même. Demandez et cherchez, et votre coeur s'agrandira jusqu'à pouvoir l'accueillir et le garder à vous.
      Devenons un sarment véritable de la vigne Jésus, un sarment qui porte du fruit. Pour cela, acceptons Jésus dans notre vie comme il lui plaît d'y venir :
comme Vérité, pour être dite,
comme Vie, pour être vécue,
comme Lumière, pour être allumée,
comme Amour, pour être aimé,
comme Chemin, pour être suivi,
comme Joie, pour être donnée,
comme Paix, pour être répandue,
comme Sacrifice, pour être offert,
parmi nos parents, nos proches et nos voisins.

Mt 05, 17-19 La loi devient Amour

« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu'à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

---

Lorsqu’on éduque un jeune enfant, on impose certaines interdictions pour éviter brûlure, blessure ou dégât. Lorsqu’ils vieillissent et peuvent davantage comprendre, on leur explique et fait bénéficier de nos expériences. La Loi de l'Ancien testament et les lois en général sont surtout des interdits. Ils sont là pour me protéger du danger et pour m'aider à respecter les autres. Respecter ça, c'est très bien, mais Jésus vient me montrer qu'il faut aussi accomplir le bien par l'amour. C'est comme quand on entend: "je ne fais de mal à personne",... c'est bien beau, mais est-ce qu'on fait aussi le bien ? Jésus va plus loin en nous faisant passer de la Loi aux béatitudes, et Il invite aussi à enseigner aux autres à agir ainsi... Je dois le faire non pas par peur du jugement, mais par amour.  Jésus vient aussi me rappeler combien les promesses de Dieu et sa Loi d’amour sont immuables. C’est loin d’être comparable aux promesses des hommes. Oui, je peux me fier sur Dieu, sur son amour infini pour moi et sa volonté de m’apporter le bonheur. Ses commandements sont amour et liberté. Seigneur, donne-moi donc la grâce de demeurer fidèle à tes commandements et à les faire connaître et aimer au plus grand nombre possible.

Mt 11, 25-30 Attelé avec Jésus

En ce temps-là, Jésus prit la parole  : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange  : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. «Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de coeur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

---

Pour mieux comprendre les paroles de Jésus, voyons la définition du joug: “Le joug est une pièce de bois permettant d'atteler des animaux de trait en exploitant au mieux leur force de traction.” Jésus propose donc de nous soulager de nos fardeaux en s’attelant avec Lui... Il vient nous assurer qu’Il est toujours à nos côtés pour nous aider lorsque nous faiblissons, manquons d’espérance et de courage. Dans le même ordre d’idée, nous avons tous eu, à un moment donné, une expérience de course ou de tâche ardue et constater combien c’est plus encourageant lorsqu’on est accompagné; si nous pouvions donc réaliser qu’à tout moment, Jésus lui-même est avec nous dans des moments plus difficiles...

Seigneur, je te rends grâce pour ta présence dans ma vie. Ouvre mon coeur pour que je le réalise davantage et que je lève les yeux vers Toi chaque fois que le découragement m’accable, et qu’ainsi, je me laisse aussi transformer et élever par ta divine présence.

Mc 12, 28-34 La vraie religion

Un scribe qui avait entendu la discussion, et remarqué que Jésus avait bien répondu, s'avança pour lui demander : « Quel est le premier de tous les commandements ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n'y a pas de commandement plus grand que ceux-là. » Le scribe reprit : « Fort bien, Maître, tu as raison de dire que Dieu est l'Unique et qu'il n'y en a pas d'autre que lui. L'aimer de tout son coeur, de toute son intelligence, de toute sa force, et aimer son prochain comme soi-même, vaut mieux que toutes les offrandes et tous les sacrifices. » Jésus, voyant qu'il avait fait une remarque judicieuse, lui dit : « Tu n'es pas loin du royaume de Dieu. » Et personne n'osait plus l'interroger.

---

On ne sait pas si ce scribe voulait poser une colle à Jésus ou s’il voulait vraiment sonder son cœur. Mais comme personne n’osait plus l’interroger ensuite, on pourrait déduire que plusieurs étaient là pour essayer de le coincer… Jésus livre ici le fondement même de la vraie religion : Une relation vraie et intime avec Dieu, et la preuve vécue de cet amour avec tous ceux que nous côtoyons. On se conte des histoires si on se limite à une belle intimité avec Dieu et que ça ne change rien dans notre vie. C’est un peu ce que Jésus reprochait aux scribes et pharisiens du temps : une foi sans les actes. En fait, nous ne sommes pas à l’abri de ce piège non plus. C’est le projet d’une vie de devenir Amour par toute notre personne. On voit parfois de ces témoins qui réussissent à le vivre par leur vie toute donnée, et ça devrait nous interpeller car ils sont tellement beaux, tellement rayonnants !

Demandons donc au Seigneur la grâce de suivre leurs traces pour devenir des chrétiens authentiques : le monde en a tellement besoin…

Jn 03, 01-08 Pas recommencer mais continuer

Il y avait un pharisien nommé Nicodème ; c'était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons bien, c'est de la part de Dieu que tu es venu nous instruire, car aucun homme ne peut accomplir les signes que tu accomplis si Dieu n'est pas avec lui. » Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de renaître, ne peut voir le règne de Dieu. » Nicodème lui répliqua : « Comment est-il possible de naître quand on est déjà vieux ? Est-ce qu'on peut rentrer dans le sein de sa mère pour naître une seconde fois ? » Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu.  Ce qui est né de la chair n'est que chair ; ce qui est né de l'Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t'ai dit qu'il vous faut renaître. Le vent souffle où il veut : tu entends le bruit qu'il fait, mais tu ne sais pas d'où il vient ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né du souffle de l'Esprit. »

---

En méditant cet Évangile aujourd’hui, je me disais qu’il fallait beaucoup d’humilité à Nicodème pour entreprendre cette démarche avec Jésus. Lui, un pharisien, un homme de foi avec un énorme bagage de connaissance, admiré de tous, il ose se questionner et admettre qu’il est peut-être passé à côté de quelque chose d’important. Il a peut-être fait fausse route et se questionne... Doit-il tout recommencer ? A-t-il perdu son temps et toute sa crédibilité ? Non... Avec Dieu, aucun temps perdu, aucune mauvaise route. Il se sert de tout de ce que tu es et t’amène plus loin dans la connaissance de son grand plan d’amour. A sa plus grande gloire, Il fait de toi un meilleur témoin. Il n’y a pas de plus beau témoignage que celui d’une personne brisée par la souffrance et les erreurs de parcours et ayant trouvé Dieu. C’est dans ces cas particuliers qu’on ne peut douter de l’action de Dieu... Lui qui réalise le miracle là où tous croyaient qu’il n’y avait plus rien à faire.

C’est l’action de l’Esprit saint, le miracle qui se produit quand on accepte son impuissance, qu’on cherche véritablement à accepter Dieu dans sa vie, et à le laisser agir. Oui Seigneur, en cette période où nous reprenons conscience de ton amour inconditionnel jusqu’au don de ta vie, nous te supplions de nous donner la grâce d’abandon. Aide nous à lâcher prise sur ce qui nous empêche de s’unir davantage à Toi et à laisser agir l’Esprit en nous.

À propos...

Une Famille spirituelle catholique reconnue avec une mission ancrée solidement dans les besoins du monde d'aujourd'hui et la nouvelle évangélisation.

Suivez-nous:

    

Contacts

Pour information, communiquez avec nous :
  Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  1+418-626-5882
  1+418-624-2277
  C.P. 87731 Succ. Charlesbourg Québec (QC) Canada G1G 5W6